ACCEPTER L’ECHEC

 

Dans ma carrière, j’ai eu de très beaux dossiers, certains avec des réussites magnifiques, certaines qui ont fait là une des journaux avec des levées de fonds énormes,

 

Mais il y a celles dont on ne parle jamais, c’est celles où malheureusement le succès n’a pas été au rendez-vous et où une belle aventure s’est terminé au tribunal par un dépôt de bilan.

 

J’ai accompagné dans ces moments là des entrepreneurs de tout profil, de tous âges, de tout parcours. Ils avaient tous un point commun pourtant.

 

Ils refusaient de voir l’évidence. Jusqu’au dernier moment, ils se battaient, refusaient de renoncer et se souvent sont retrouvés sans un sou.

 

Je garde de chacun un souvenir très fort. A chaque fois, je me demandais si j’aurais pu faire quelque chose s’ils étaient venus me voir 6 mois auparavant, si tout cela était inéluctable ou pas.

 

Quand j’animais des formations dans les Chambres de Commerce, j’expliquais (pour expliquer la notion de capital) que créer une entreprise, c’était un peu comme jouer au casino. On met une mise et on espère gagner gros.

 

Sauf que parfois, on perd et c’est là qu’il faut savoir prendre la décision la plus difficile : se lever et quitter la table pour ne pas perdre encore plus.

 

Je me souviens d’un de mes clients qui s’entêtait à vouloir vendre son appartement familial pour réinjecter de l’argent dans son entreprise. Je lui ai tenu tête et lui ai dit qu’il était hors de question d’en arriver là. Son entreprise était morte, il fallait l’accepter.

 

Il s’est présenté devant le Tribunal accompagné de toutes ses salariées qui étaient venues le soutenir et en larmes, il a dit qu’il demandait une liquidation judiciaire.

 

Il s’est effondré ensuite dans les bras de son équipe. Il s’en voulait tellement de leur faire perdre leurs emplois. Elles l’ont consolé comme elles ont pu. Le monde à l’envers, les salariées qui consolent le patron. Pendant des semaines, ensuite, il s’est occupé de leur reclassement pour leur trouver un nouvel emploi.

 

Et ensuite, on a travaillé tous les deux. On a trouvé une stratégie pour lui. Il était trop âgé pour retrouver un emploi salarié. Alors, on a eu l’idée qu’il crée une micro-entreprise en tant que Consultant. Il avait une expertise technique recherchée, ça pouvait marcher et il s’est lancé.

 

Un an après, il m’a appelé. Il était mieux, il n’avait plus la même pression (trop de salariés, trop de charges), il allait travailler chez ses clients en vélo, il gagnait sa vie et il était content. Bien sûr, il avait beaucoup souffert de cette épreuve mais il l’avait surmontée, il l’avait transformée et pour moi, c’est cela un vrai Entrepreneur.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.