AVOIR DE LA CHANCE

Récemment, j’ai eu une discussion avec une jeune femme sur Instagram. Elle va bientôt créer sa propre activité et me racontait qu’elle était plutôt confiante sur son succès futur. Selon elle, c’était parce qu’elle avait toujours beaucoup de chance.

 

Ça m’a fait rire, j’avoue. Et je lui ai dit que, la connaissant un peu, ses succès passés venaient surtout de sa détermination sans failles, de son organisation archi carrée, de sa résistance à l’adversité, de sa clarté dans ses objectifs.

 

Et surtout, je lui ai dit que je croyais pas du tout à la chance.

 

Pourtant, moi aussi, on m’a longtemps dit dans ma vie professionnelle que j’avais de la chance ! J’avais de la chance qu’on m’ait proposé d’écrire un livre, j’avais de la chance de faire cette conférence à l’étranger, j’avais de la chance d’être interviewée par le Figaro, j’avais de la chance de bien gagner ma vie, etc…

 

Et à chaque fois qu’on me dit ça, je dis mollement « oui, oui, c’est vrai, j’ai de la chance… » parce que bien sur, on ne peut pas tous faire comme Snoop Dogg et se dire « I THANK ME » mais parfois, j’aimerais bien, j’avoue.

 

Parce qu’en réalité, on voit le positif derrière moi mais on ne voit pas les erreurs que j’ai faites, les moments de doute, le questionnement permanent, les tentatives abandonnées et aussi, on ne voit pas le temps que tout cela a pris.

 

Et on ne voit pas aussi que tout vient de quelque chose :

 

  • Le Rédacteur en chef du Figaro Entreprendre qui me contacte tout bêtement parce qu’il a fait une recherche sur internet et que depuis 2016, sur les conseils de May, je publie doucement, certes mais surement et mon référencement s’améliore ;

 

  • Le Livre, c’est encore avec May parce qu’elle m’a accompagné quand j’ai mis en ligne mon guide gratuit pour les blogueuses et que les réseaux sociaux ont liké en force ;

 

  • La conférence à l’étranger parce que j’ai envoyé un mail à une référence internationale pour me présenter et lui dire « Hey, j’aimerais bien parler à cette conférence ! » et qu’il m’a dit « banco ! ».

 

Donc, bon, vous comprenez que pour moi, la chance n’existe pas vraiment mais je crois plutôt au désir, désir d’entreprendre, d’avancer, de construire, d’oser, de tenter et oui, je prends aussi le risque de me planter mais en général, les gens s’en rappellent beaucoup moins..

 

Et vous, croyez vous à la chance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.