Construis le et ils viendront

page1image53130656

Le cinéma a toujours occupé une part importante de ma vie. Sans doute parce que j’ai eu des parents commerçants qui travaillaient 6 jours sur 7 et notamment le week-end. Donc, enfant, je n’ai pas connu les sorties au bois (je me rattrape maintenant pour ceux qui me suivent sur Instagram), les balades en vélo (d’ailleurs, je ne sais toujours pas en faire), la piscine (je vous rassure, je sais nager !).

Avec mon frère et ma sœur, nous passions nos week-ends seuls à la maison (c’était les années 70/80, les parents étaient très cool à l’époque) et donc devant la télé (encore une fois, les années 70/80 ! si aujourd’hui, un parent admettait faire ça, il se fait dénoncer immédiatement pour mauvais traitement).

Mais, nous, à l’époque, ça nous allait très bien et d’autant plus que nos parents avaient pensé à nous et nous ramenaient chaque semaine des films VHS loués ou achetés au vidéo-club (dommage les jeunes, vous ne connaitrez jamais la sensation du devoir accompli quand on avait bien rembobiné la bande).

Et mes parents n’étant pas spécialement cinéphiles, ils nous louaient absolument tout ce qui leur passait sous la main, sans critère de sélection (par exemple, adapté ou non à des enfants de moins de 10 ans). Ça nous valait parfois de mauvaises surprises (« Le samouraï » par exemple à 10 ans, vous pigez pas forcément tout et c’est leeeeeeeent) mais surtout beaucoup, beaucoup de bonnes surprises (« Les Goonies », « Retour vers le Futur », « Grease » !!!!).

Et à force de voir et revoir sans arrêt les mêmes films, on connaissait forcément les répliques par cœur et on les utilisait souvent dans nos conversations d’enfant.

Et cela m’est resté. Tous ceux qui ont travaillé pour moi (stagiaires ou collaborateurs) pourront vous dire que le premier jour, je leur dis qu’il va falloir une mise à niveau cinématographique s’ils veulent comprendre mes conversations. D’ailleurs, certaines personnes l’ont fait très sérieusement et ont regardé certains films de ma « liste » (Caroline, c’est à vous que je pense !).

Alors, cette « liste » comporte les films qui ont eu soit un impact sur ma vision du métier d’avocat, soit dont les répliques sont celles que j’utilise le plus souvent au quotidien dans ma vie professionnelle.

Et je me suis dit que cela amuserait peut-être certains de les connaître.

Et une de mes répliques favorites, c’est « Construis le et ils viendront ».

Elle vient du film « Jusqu’au bout du rêve » (Field of dreams). Je ne sais pas si vous l’avez vu mais personnellement, il m’avait beaucoup marqué. C’est l’histoire d’un homme qui a un champ aux Etats-Unis et qui un jour entend une voix qui lui dit « Construis le et ils viendront ».

Il ne sait pas d’où vient cette voix, il ne sait pas de quoi il s’agit mais à force de l’entendre, il se met à construire un terrain de base-ball et un jour, des joueurs arrivent.

Je ne raconte pas la suite pour ne pas spoiler ceux qui aimeraient le voir mais c’est un joli film, mystérieux, touchant (avec un Kevin Costner jeune, en bonus). Cela parle beaucoup de l’espérance et de la persévérance.

Et c’est pour cela que j’utilise souvent cette réplique, notamment dans une situation professionnelle qui m’arrive de temps en temps.

Je suis à mon compte depuis maintenant 15 ans et il m’arrive régulièrement d’être contactée soit par une relation professionnelle, soit par quelqu’un à qui on a donné mes coordonnées pour évoquer l’installation en tant qu’avocat.

Et donc, j’ai souvent des déjeuners, des cafés avec des avocats (jeunes ou moins jeunes) qui pensent à s’installer mais se posent des questions.

Une des premières questions est bien sur « vais-je avoir des clients ? » ou « comment avoir des clients ? » ou encore « et si je n’ai aucun client ???? ».

Et je réponds invariablement la même chose « Construis le et ils viendront ».

Je vous avoue qu’à ce moment là de la conversation, la personne me regarde un peu interloquée. Mais je m’explique et je raconte le film.

Et je leur dis ce que je crois fermement, à savoir que « quand on s’installe, les clients arrivent ».

Attention, je ne dis pas non plus que c’est de la magie ! Je ne dis pas qu’il ne faut pas réfléchir et qu’on a juste à attendre derrière son téléphone et qu’il se mettra à sonner subitement.

Non, non, non.

J’explique simplement que quand on s’installe, il y a d’abord un effet simple : On le dit autour de nous, à notre famille, à nos amis, à nos relations professionnelles et du coup, spontanément, ces gens vont commencer à parler de nous aussi en disant « ah mais tu sais, j’ai justement une amie avocate qui fait du droit routier ! » au collègue qui se plaindra d’avoir perdu un point.

Et j’explique aussi quand s’installant, on aura forcément du temps (ben oui, on a pas encore de clients, donc on a du temps) et que si on a du temps, il faut le passer à faire des choses utiles et intéressantes : assister à des conférences, rédiger un article, créer son site internet, etc.. et que toutes ces petites choses vous amèneront NECESSAIREMENT des clients.

Attention, je ne dis pas qu’on en aura suffisamment mais que oui, bien sur, en s’installant, on aura des clients et qu’ensuite, il faudra faire tout le travail qu’implique être à son compte (étudier son seuil de rentabilité, fixer ses prix, être très efficace dans le traitement de ses clients pour s’assurer un bouche à oreille de qualité, etc…).

Et je pense que cette règle vaut pour toutes les personnes qui créent leur activité.

Alors, voilà, si vous vous demandez si vous aurez des clients en vous installant, je vous dis « Construis le et ils viendront ».

Si cette réplique de film vous a plu, la prochaine fois, je parlerai de Philadelphia et d’une réplique que je dis trèèèèès souvent à mes clients.

Et vous, vous avez une réplique de film préférée ?

Un commentaire

Aline HUCTEAU

Bonjour Sandra,
Merci d’avoir pris le temps de partagé cet article avec nous.
Une de mes répliques préférée est tirée d’un film qui a marqué ma jeunesse dans les années 90 : Jurassic Park.
« La vie trouve toujours son chemin ». Cette phrase m’inspire car elle est pleine d’espoir.

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *