Mon Conseil N°1

 Pour choisir mon premier thème de conseil pratique, le choix a été très simple. J’ai simplement réfléchi au conseil que j’ai donné le plus souvent en 20 ans de pratique professionnelle et ce à des clients qui ont pourtant un avocat à disposition (MOI en l’occurrence !) et qui ont également des contrats rédigés sur mesure.

 Malgré cela, je peux vous assurer que j’ai du répéter et répéter encore ce conseil parce qu’il n’est tout simplement jamais utilisé et pourtant, il est très simple, il tient en 3 mots : ECRIVEZ DES MAILS !! 

 J’explique le pourquoi plus en détails :

 Si vous exercez votre activité en tant que freelance / consultant / micro-entrepreneur/ blogueuse – influenceuse, etc…, cela veut dire aussi que vous développez des relations d’affaires avec plusieurs types de personnes : des clients bien sur, des marques (avec qui vous pouvez développer des partenariats, rédiger des articles, prendre des photos, etc..), des agences qui pourront servir d’intermédiaires pour vos négociations ou qui feront appel à vous pour le compte de clients, ou encore des fournisseurs etc…

 Et il faut donc penser à vous protéger contre toute difficulté. Si vous vous demandez lesquelles ? Quelques exemples : le cas le plus classique est bien sur que vous n’êtes pas payée et que vous ne voyez rien arriver, ou encore vous avez soumis un article et vous voyez qu’il a été remanié, ou on vous demande de refaire un boulot que vous avez pourtant parfaitement (ou presque) réalisé, ou encore vous avez donné votre accord pour rédiger un article ou une série d’articles et on vous les demande pour demain matin ! Evidemment, la liste de petites contrariétés est infinie…

 Alors, je n’oublie pas que je suis avocat et dans une telle situation, un avocat vous fera toujours la même réponse : il vous faut un contrat ! ou il vous faut des CGV ! En résumé, il vous faut un avocat ! Alors, c’est sur que c’est le mieux mais comme toujours, cela a un coût (enfin, pour faire un peu de teasing, en septembre, cela devrait changer un peu.. ;-)). Et quoi qu’il en soit, rien ne remplacera le conseil d’un professionnel qui saura vous poser des questions précises sur votre façon de travailler, sur ce que vous souhaitez faire mais vous n’avez pas forcément l’envie ou les moyens de faire appel à un avocat.

 Et dans ce cas, il faut apprendre une des premières règles quand on crée son activité : vous devenez un professionnel. Et je parle bien de droit. Un professionnel en droit est différent d’un particulier. Le particulier a des règles bien précises qui lui sont appliquées et ce même s’il signe des contrats sans y réfléchir.

  En tant que professionnel, ce sera différent, vous ne bénéficiez plus de cette protection d’où l’intérêt de mettre en place soit de bons outils de protection (contrat type, CGV) ou de bons réflexes.

 En effet, en tant que professionnel, si on a un litige avec un autre professionnel, votre cas sera traité par un Tribunal de Commerce (sauf exceptions en matière de marques par exemple) et le point plus important est que dans ce cas la preuve est libre.

 Qu’est ce que cela veut dire ? Tout simplement, si vous avez conclu un accord avec un client et que vous avez pris la précaution d’écrire un simple mail, cela vous servira de preuve et surtout cela vaudra (presque) un contrat.

 Donc, quelque soit la difficulté que vous rencontrez, je vous conseille de prendre le temps d’écrire un mail simple (et ce même si vous avez discuté au téléphone des modalités ou du problème rencontré) 

 Par exemple :  «  je vous confirme mon accord pour vous remettre un article de XXX mots pour le XXX. Cet article traitera de XXX et sera mon avis personnel sur le sujet. Ce texte ne devra pas subir de modifications autre qu’une mise en page et une correction grammaticale.

 Pour que je puisse rédiger l’article, il faudra me fournir une photo de tel format, etc… ». (évidemment, vous pensez à tous les petits détails importants et vous prenez le temps de les écrire dans le mail !).

 Autre exemple si on conteste la qualité de votre travail : « vous m’avez fait part la semaine dernière de prétendues difficultés liées à ma prestation. Or, je tiens à vous rappeler que j’ai strictement suivi les demandes que vous m’aviez formulées par mail le XX/XX/XX. De même, j’ai pris le temps de valider avec vous que tout était ok et vous me l’avez confirmé par téléphone le XX/XX/XX. Etc…

 Ces textes ne sont bien sur que des exemples, à vous de les adapter et de surtout vous poser les questions importantes sur l’accord que vous mettez en place.

  Attention, pour que ce mail vous protège vraiment en cas de contentieux, il vous faut absolument une réponse pour que cela constitue une preuve ! Donc, n’hésitez pas à la fin de votre mail (exactement comme à la fin de vos billets sur les réseaux sociaux) de poser la question : « c’est bien ok pour vous ? ». Si la personne ne vous répond pas ou pire, si elle vous répond par téléphone en disant « mais oui, oui, bien sur, tout est ok ! », vous relancez en disant «merci de ta confirmation téléphonique de ce jour, tu peux me le confirmer par mail, stp ? ».

  Il n’y a pas besoin de formule juridique particulière, ni de termes précis. Il faut simplement que cela soit clair. 

 Je peux vous assurer que j’ai pu gagner de nombreux dossiers uniquement avec des mails, donc faites moi confiance et prenez l’habitude d’en écrire dans le cadre de votre activité.

Ah oui, j’y pense ! Si jamais, vous vous dites, mais ce conseil me dit quelque chose, je suis sure de l’avoir déjà lu quelque part, c’était sans doute ici..;-)                                                             

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *