PERSPECTIVE

 

On le sait, changer de perspective n’est pas facile. C’est un exercice que j’adore faire pourtant.

 

Je le fais beaucoup dans ma vie professionnelle notamment dans les missions de coaching et je le faisais bien sûr quand je traitais des dossiers contentieux (je ne le fais plus par manque de temps).

 

Je me souviens d’un dossier où un client avait un dossier très difficile : on l’accusait d’avoir copié un document commercial d’un concurrent de manière tellement flagrante que c’était difficile à nier. Ma collaboratrice en voyant arriver le dossier m’a dit rapidement « celui-là, impossible de le gagner, il va se faire condamner, il faut juste limiter la casse » et je l’ai regardé en disant « ben non, pourquoi on devrait se résigner ?? ». Elle s’est marrée et m’a dit « non mais Sandra, là, il faut se rendre à l’évidence !! la contrefaçon saute aux yeux ! ». J’ai été tellement vexée que ma réponse a été « quelle évidence ?? où l’évidence ?? et puis c’est quoi ce document ? après tout, qui prouve que c’est mon client qui l’a fait ? Peut-être que c’est le concurrent qui a fait un faux pour faire croire que mon client l’avait fait ?? Peut-être qu’il veut lui nuire ?? qu’est-ce que j’en sais moi ?? ».

 

A ce moment là, ma collaboratrice a éclaté de rire en me disant « mais vous êtes d’une mauvaise foi, c’est pas possible !! ». Je me suis encore plus emportée en disant « mais c’est un bout de papier sorti de nulle part !! qui prouve qui l’a imprimé ?? qui l’a distribué ?? où est la preuve ?? »

 

Et là, j’ai su que j’avais mon axe de défense. Honnêtement, de toute façon, c’était le seul. Malgré les ricanements de ma collaboratrice, j’ai rédigé des conclusions en ce sens et j’ai plaidé. J’ai inversé la perspective du dossier, c’était à l’autre de me prouver comment il avait trouvé ce document avec le logo et l’adresse de mon client, est ce qu’il avait un constat d’huissier ? Est-ce qu’il avait une preuve quelconque de sa véracité ?

 

Et j’ai gagné. La partie adverse a fait appel. Et j’ai encore gagné. Sauf qu’en appel, en plus, j’ai plaidé que c’était une procédure abusive et j’ai gagné 10.000 euros de dommages-intérêts. Mon client était enchanté (d’ailleurs, il me suit ici…).

 

Alors, le but de ce post n’est pas de faire ma publicité en disant « wow, regardez comme j’ai été maligne ! ». Non, ça, croyez-moi, je l’ai fait sur le coup. Mais aujourd’hui, je n’accepte plus de nouveaux dossiers contentieux.

 

Je vous raconte cette histoire pour vous demander si vous arrivez à changer de perspective parfois ? Dans cette histoire, tout cela n’a été possible que grâce à ma collaboratrice. Si j’avais été seule face à mon dossier, je suis sure que je n’y aurais jamais pensé. La confrontation, l’échange d’idées, le désaccord, m’ont permis de jouer, comme un joueur de tennis qui a besoin de quelqu’un pour renvoyer la balle et marquer.

 

Et dans un business, c’est essentiel. Il vous faut quelqu’un pour discuter, pour échanger, pour avancer, simplement pour changer de perspective.

 

Alors, est ce que vous avez quelqu’un pour vous renvoyer la balle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.